Quelles assurances souscrire quand on fait construire une maison ?

dommage-ouvrage

La construction d’une maison nécessite de contracter certaines mesures de protection. En effet, des incidents pendant et après les travaux ne sont pas inévitables. Un bon contrat vous permet d’être convenablement couvert en cas de problèmes. Retrouvez les diverses précautions que vous pouvez prendre.

L’importance de la contraction d’une assurance

Construire une maison n’est pas une activité anodine. Des défauts de construction ou des incidents peuvent ralentir la réalisation du projet. Pour éviter toute mésaventure, assurer sa maison est une étape incontournable. En tant que maître d’ouvrage, celui qui commande la construction de la maison, votre responsabilité est engagée lors des travaux. En cas de malfaçons de chantier, d’accidents lors des travaux ou de dommages sur le voisinage, vous pouvez être poursuivi. Un contrat adapté vous permet de profiter d’une protection pour divers cas de figure. Cette couverture s’appelle Responsabilité Civile du Maître d’Ouvrage. Elle doit être établie dès le lancement du chantier.

L’assurance dommage-ouvrage

L’intervention d’une entreprise lors de la construction de votre maison est nécessaire. Vous devez donc prendre un contrat dommage-ouvrage. D’ailleurs, cette mesure est obligatoire comme le stipule la loi Spinetta en vigueur depuis le 4 janvier 1978. Elle couvre divers points. Elle entre en vigueur en cas de dommages impactant la solidité de l’ouvrage (fissures de différentes tailles, effondrement du toit…). Certaines malfaçons ou des dommages peuvent rendre la maison impropre à une habitation normale. C’est souvent le cas lors d’une rupture des canalisations encastrées. Dans ces circonstances, l’option dommage-ouvrage entre en vigueur. Dans certains cas, et si vous avez souscrit cette option, le contrat dommage-ouvrage prend en charge les dommages immatériels. Il s’agit d’éléments empêchant la location du bien immobilier en entrainant la perte du loyer. Vous pouvez contracter cette couverture auprès de diverses agences. Consultez des sites spécialisés comme lolivier.fr pour plus d’informations. Le professionnel que vous avez engagé pour les travaux peut aussi réaliser les formalités pour vous. Dans tous les cas, elle doit être souscrite avant le début des travaux. Elle prend effet un an après la fin du chantier. Sa durée est de 10 ans après la réalisation des travaux. Ne pas prendre ce type de garantie vous expose à certains problèmes. Si vous n’encourez aucune sanction pénale, vous pouvez faire face à de nombreux imprévus en cas d’incident. Si des malfaçons sont repérées dans la maison, vous risquez d’attendre plusieurs années avant de toucher des indemnisations. Si vous revendez votre bien après une dizaine d’années, votre responsabilité sera engagé auprès du nouvel acheteur. Ainsi, si des fissures apparaissent ou que des problèmes d’étanchéité sont notés, vous devez payer pour les réparations nécessaires. Ça vous évite cette peine.

Multirisque habitation

Une fois le chantier terminé, le maître d’ouvrage est responsable des éventuels accidents survenant dans le logement. Pour profiter de remboursements en cas d’accident, pensez à contracter un assureur multirisque habitation (MRH). Plus intéressante qu’un contrat d’habitation classique, elle couvre aussi bien les biens immobiliers que mobiliers de l’assuré. Elle prend en charge les incidents courants comme les accidents plus graves. C’est très pratique lorsque vous décidez de faire construire une maison pour la louer. Sa couverture étendue vous évite de payer en cas d’incident touchant les biens ou la personne de votre locataire. Diverses garanties sont disponibles lorsque vous y souscrivez. Un contrat MRH vous indemnise en cas de dégâts des eaux. Il entre en vigueur lors d’infiltrations, de fuites d’eau ou de rupture de canalisation. Il couvre ainsi les dommages provoqués dans vos locaux ou dans ceux de vos voisins. Ce contrat prend aussi en charge les destructions causées par le feu ou la fumée dans le cadre d’un incendie accidentel. MRH garantie les bris de glace (fenêtres, baies vitrées…), le vol (disparition et destruction de biens suite à un cambriolage) ou le vandalisme du logement. L’indemnisation des dommages provoqués par les catastrophes naturelles entre également dans le cadre de cette garantie. En cas de tempête, inondation ou tremblement de terre, votre assureur vous dédommage. Cependant, la clause de remboursement n’est valable que si le sinistre est indiqué dans un arrêté interministériel. Un contrat RMF peut couvrir également d’autres points. Il s’agit de garanties optionnelles que vous pouvez demander au moment de l’établissement de votre contrat. Vous pouvez notamment profiter d’une protection juridique prenant en charge les frais relatifs à un litige avec un tiers. Les dommages électriques provoqués par l’électroménager ou les installations électriques sont également couverts si nécessaire.

Tout ce qu’il faut savoir avant de faire construire
5 bonnes raisons de faire construire